mercredi 18 décembre 2013

La vie des livres (22)


7 commentaires:

  1. Je ne sais pas, mais cette main "armée" d'un stylo face au livre me pose à nouveau cette question "Peut-on - a-t-on le droit moral - d'écrire sur un livre ? Le respect que j'ai des livres, probablement celui de quelqu'un pour qui leur existence n'allait pas nécessairement de soi, m'empêche le plus souvent de laisser des traces sur les livres. J'en prendrais plutôt soin, et jusqu'à il n'y a pas longtemps je les recouvrais de papier cristal... Mais le stylo n'est-il là que pour pointer, ou bien le livre n'est-il qu'un livre de travail... auquel cas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Livre de travail, révisions au coin du feu... Sinon, bien d'accord avec toi !

      Supprimer
  2. Je n'aime rien tant que les livres un peu usés, passés de main en main , lus et relus. J'aime souligner un mot ou un passage, corner une page. Et quel plaisir quand je le ressors quelques années plus tard de ma bibliothèque pour le relire ou le faire lire à mes fils , de retrouver ces mots ajoutés alors et de retrouver ainsi une petite parcelle d'un moment passé qui se niche encore entre deux pages. Mais attention , si on me prête un livre, j'en prends le plus grand soin! Bonnes lectures!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Avoir mes bouquins sous la main
      Qui s´ouvrent d´eux-mêmes
      Aux pages que l´on aime
      Et qu´on relit sans fin
      Parce qu´on les ai-ai-me"

      http://www.youtube.com/watch?v=gRyz30Ko5oA

      Supprimer
    2. Beau cadeau. Merci Patrick!

      Supprimer
  3. Le respect que j'ai du livre c'est de le dévorer. De me l'approprier. De souligner plus que d'annoter. Et au crayon. Parce que si je prête le livre ensuite cela me gênerait que l'on me "lise" à travers mes annotations. Mais récemment je suis tombée sur un livre, annoté fiévreusement par mon père début 41 et où passait toute sa réflexion sur cette période. Et cela répondait indirectement à toutes les questions que je n'avais jamais réellement posées.
    Les traces ne sont pas bonnes pour ceux qui les laissent mais pour ceux qui leur survivent.

    RépondreSupprimer